Synopsis


"When I dream, my body is the site, not only of the dream, but also of the dreaming and of the dreamer. In other words, in this case or in this language, I cannot separate subject from object, much less from the acts of perception. I have become interested in languages which I cannot make up, which I cannot create or even create in: I have become interested in languages which I can only come upon, a pirate upon buried treasure.
The dreamer, the dreaming, the dream.
I call these languages, languages of the body. There are, I suspect, a plurality or more of such languages. One such is the language that move through me or in me or... for I cannot separate language body and identity..."

Kathy Acker.



Credits


Part 1:
"Giszelle"

Part 2:
Recycled material to make an announced evening length program.
Or
The B side of Giszelle.
Or
Parts we had planned not to show.
Or
Some of Giszelle’s Garbage.
Or
The show you could have avoided.
Or
Some of Giszelle’s rushes.


Part 1:
Concept and choreography: Xavier Le Roy
Choreography and dance: Eszter Salamon
Music: Adolphe Adam

Part 2:
Concept and choreography: Xavier Le Roy
Choreography and dance: Eszter Salamon.
Music: Love Inc., George Delerue, Adolphe Adam, Tom Willems, Barry Adamson, Szászcsávás Band, J.S. Bach, The Beegees, J. Brahms, Etienne de Crecy, L.v. Beethoven, Wyclef, H. Purcel, Madonna, Alec Empire, The Sugar Babes, Chicks on Speed, Michael Jackson, David Bowie, Angelo Badalamenti.
Management and Organisation: Petra Roggel
Production: Le Kwatt and in situ productions
Coproduction: SACD, and Festival d’Avignon 2001, for "le vif du sujet".
With the support from: TanzWerkstatt-Berlin, Podewil-Berlin, Kaai Theater-Bruxelles and the Senatsverwaltung für Wissenschaft, Forschung und Kultur-Berlin.
With thanks to: Kunsten Festival des Arts 2001 and Pierre Le Roy.
Created at the "Festival d’Avignon 2001" in the frame work of "Le Vif du Sujet" proposed by the SACD.



Press


TAZ, 17.7.01
Katrin Bettina Müller
Double Game


He comes from biology, works as a choreographer and experiments with theory:
A portrait of Xavier Le Roy
Xavier Le Roy is a choreographer and a philosopher who sends theoretical figures on a test-ride in practice. Fragmentation of identity, erasure of subject, abolition of authorship, body without organs, remix of quotes: these are all the fields that he treated with humour and with in the past four years without ever repeating himself. Furthermore, Le Roy, who has been living in Berlin since 1992, changes the entire framework of the presentation for nearly every performance. In solo projects and temporary collectives, switching roles with choreographer friends or fitting his work into dancer’s commissions. There are introductions and readings, texts that expel the body and resolve dancing in a critique, and then more performances where the bodily transformations continue and are more powerful than any theory.
"I need displacements, escapes from the given role, search for new perspectives and different choices," claims Xavier Le Roy. "But the system is not made that way. There is no time. There is a pressure to produce". He has experienced this himself twice. The first system was science. Xavier Le Roy had at first chosen biology and could already see his career in cancer research, when in 1990 after his Ph.D. he fled from professional science. For years, he dealt with experiments with two or four genes and was desperate about the monotony of images. Sixty percent of all the research work has as its only legitimiza



Terms/ technical rider


Music:

1 CD - player / diffusion backstage + front stage + behind (or in) audience / 6 speakers stereo

Space:

12 m x 12 m / black dance floor / black curtain all around (à l'allemande) / supports (1 m wide x 2 m high) behind the curtain to hold the wait of one person leaning against the back curtain at postions P1 + P2

Lights:

36 x 1kW PC or Fresnel, arranged in rows, all from the top above, the first row as a Frontlight. According to the space more lights can be required.

All with FROST Filter. Focused direct on the Dancefloor to make an homegenous full light. The light should be very bright and diffuse in all the space. No Light standing on the Floor.

Profiles for two spots: P1 and P2 (about 1 m from each border of the stage right and left)

Lightning-Plan as Pdf-file: (download)

Please note:

The piece "Giszelle" is registered at the SACD, France

Music:

Composer: Adolphe Adam, Title "Giselle", duration 3'36, disc SKK 42 450







































Synopsis


"Quand je rêve, mon corps est le lieu non seulement du rêve, mais aussi de l’action de rêver et du rêveur. En d’autres termes, dans ce cas ou ce langage, je ne peux pas séparer le sujet de l’objet - beaucoup moins que je ne le fais dans les actes de la perception. J’ai commencé à m’intéresser aux langages que je ne peux pas "fabriquer", que je ne peux pas créer ou dans la création desquels je ne peux même pas être impliquée: j’ai commencé à m’intéresser aux langages que je ne peux que rencontrer par hasard, comme un pirate tombe sur un trésor enfoui.
Le rêveur, l’action de rêver, le rêve.
J’appel ces langages langages du corps. Il y a, j’imagine, une multiplicité ou plus encore de langages de cette sorte. L’un d’eux est le langage qui me traverse ou bouge en moi ou ... car je ne peux pas séparer le langage du corps et de l’identité...".
Kathy Acker



Credits


1ère Partie:
"Giszelle"

2ème Partie:
Matériaux recyclés pour faire un programme d’une durée annoncée.
Ou
La face B de Giszelle.
Ou
Parties que nous avions prévu de ne pas montrer.
Ou
La poubelle de Giszelle.
Ou
Le spectacle auquel vous auriez pu échapper


1ère Partie:
Concept et chorégraphie:
Xavier Le Roy,
Chorégraphie et danse: Eszter Salamon.
Musique: Adolphe Adam

2ème Partie:
Concept et chorégraphie: Xavier Le Roy,
Chorégraphie et danse: Eszter Salamon.
Musique: Love Inc., George Delerue, Adolphe Adam, Tom Willems, Barry Adamson, Szászcsávás Band, J.S. Bach, The Beegees, J. Brahms, Etienne de Crecy, L.v. Beethoven, Wyclef, H. Purcel, Madonna, Alec Empire, The Sugar Babes, Chicks on Speed, Michael Jackson, David Bowie, Angelo Badalamenti
Management et Organisation: Petra Roggel
Production: Le Kwatt et in situ productions
Coproduction: SACD, et Festival d’Avignon 2001, pour "le vif du sujet".
Avec le soutien de: TanzWerkstatt-Berlin, Podewil-Berlin, Kaaitheater-Bruxelles et le Senatverwaltung für Wissenschaft, Forschung und Kultur-Berlin.
Avec les remerciements: Au Kunsten Festival des Arts 2001 et Pierre Le Roy.
Créé au Festival d’Avignon 2001 dans le cadre du "Vif du Sujet" proposé par la SACD



Presse


Tageszeitung, 17.7.2001
«Double jeu» de Katrin Bettina Müller


Il vient de la biologie, travaille en tant que chorégraphe et teste la théorie: Un portrait de Xavier le Roy
...

«Giszelle» continue ce qui a commencé dans «Xavier le Roy». De nouveau le matériau trouvé est samplé et frôle les différents motifs: mouvements biologiques, comportements sociaux, styles esthétiques - un ballett romantique et l’allure d’un singe, Jésus suspendu à la croix et un bandit qui tire son arme, le corps athlétique des arts martiaux et le corps contemplatif du rêveur.
Dans un premier temps, les images de corps sont séparées par des pauses.
Ensuite Eszter Salamon commence à traverser ces images, à glisser d’un changement à l’autre et à enlacer les textures des différentes langues sous forme d’anagramme. Devient sujet le changement même, ce qui se passe à l’intérieur d’un changement, et d’où, dans la superposition des différents contextes, le nouveau surgit; le nouveau, qui ne peut pas encore être désigné par une image.
«Nous avons travaillé ce matériau avec les techniques cinématographiques : montage, arrêt image, avance et marche arrière rapide. N’est-ce pas plein de mouvement, avec autant de danse que jamais?» demande Xavier le Roy, lui-même enthousiasmé face à cette liquéfaction de signes figés, représentée par Eszter Salamon...
Libération, 15 mai 2002
Une chorégraphie de Xavier Le Roy interprétée par Eszter Salamon.
La face cachée de «Giszelle» par Marie-Christine Vernay


[...] Depuis, qu'il s'agisse du projet E.X.T.E.N.S.I.O.N.S. - sorte de laboratoire nomade sur lequel se greffent des artistes, des producteurs, des scientifiques -, ou de spectacles plus récents, Xavier Le Roy, artiste en résidence au Podewil, un théâtre et une maison de production à Berlin, ne cesse d'interroger le corps et ses représentations. Dans Self-Unfinished, un autre solo de 1998, il opérait des mues comme pour se débarrasser d'une enveloppe charnelle trop encombrante.

Solo. Giszelle marque encore une étape dans cette recherche d'un corps reconfiguré. Ce solo, chorégraphié pour Eszter Salamon, qui fut notamment interprète chez Mathilde Monnier et François Verret, fut créé l'été dernier pour le Vif du sujet, en Avignon. En plein air et en matinée, le spectacle avait tendance à se diluer. La nouvelle version offre une tout autre perspective, permettant de suivre de près Eszter Salamon et de comprendre toute la subtilité de la danse. En plongeant dans la culture populaire, elle s'empare des gestuelles qui marquent le corps occidental - de Gisèle à Madonna ou Michael Jackson.

Mais une fois ces postures intégrées, ou mises à distance, il s'agit pour la danseuse et le chorégraphe de trouver une façon d'aller d'un stéréotype à un autre. Une prouesse qui exige de l'interprète d'être à la fois complètement immergée dans le geste formaté et en même temps de trouver une issue de secours. D'hybridation en hybridation(Salamon/Madonna, Salamon/le singe, Salamon/Gisèle), de figure en figure, la jeune femme cherche et trouve l'espace qui pourrait convenir à sa propre danse. C'est somme toute son travail, mais il est ici poussé à l'extrême. Par la dissection, la désarticulation, Xavier Le Roy invite à une visite guidée au pays du corps qui profite du peu d'espace de liberté qui lui est autorisé entre deux attitudes.
Face B. Pour mieux le faire, il offre la face B de Giszelle, Matériaux recyclés pour en faire un programme d'une durée annoncée (ou Parties que nous avions prévu de ne pas montrer, ou la Poubelle de Giszelle, ou Le spectacle auquel vous auriez pu échapper). Une pièce en écho malin à la première, travaillée à partir de toutes les matières non retenues de la face A. A voir ces déchets (sacs, béquilles, sons...) recyclés avec humour, on comprend mieux pourquoi Giszelle est limpide, ayant rejeté toute banalisation et toute anecdote.

Fiche technique


Personnel:

1 danseuse
1 chorégraphe
1 responsable de production

Scènographie:

-une scène de théâtre de 12 m x 12 m
-tapis de danse noir
-pendrillonage noir à l’allemande
-point de soutien (1 m large x 2 m haut, par example le samia) derrière le rideau de fond pour pouvoir soutenir le poid d’une personne s’appuyant contre le rideau. (voir position P1 + P2)

Lumières:

-36 x 1kW PC ou Fresnel, arrangé en lignes, en douche verticale. Le premier rang est utilisé comme lumière frontale.
-Dependant de la scène, plus de projecteurs pourront être demandés.
- filtres dépolis, les projecteurs focussés sur toute la surface du tapis de danse pour avoir une lumière générale homogène. Plein feu fort et homogène sur toute la surface du plateau.
-Dans aucun des cas, des projecteures devront être installé par terre.
-Découpes pour les points P 1 + P 2 (environ à 1 m de chaque côté, à cour et à jardin)

Plan de lumière : (download)

Son:

-1 lecteur de CD
-6 speakers (Haut-parleurs) stéréo
-la musique doit être diffusée à l’avant scène et en fond de scène ainsi que derrière le public.Mise en place:
1 jours

Répétitions:

4 heures le jour + Répétitino Générale la veille du spectacle
4 heures le jour du spectacle

Durée de la pièce:

60 minutes plus une pause de 15 minutes après la 1er partie

A noter:

La pièce "Giszelle" est enregistrée à la SACD, France
La musique doit être enregistrée à la Gema, Allemagne ou une institution equivalent

Musique:

Compositeur: Adolphe Adam, Tiitre: "Giselle", durée 3'36, disc SKK 42 450



































Exposé


..."Wenn ich träume, ist mein Körper nicht nur der Ort des Traums, sondern auch des Träumeens und der Träumerin. ...Mich interessieren Sprachen, die ich nicht erfinden, nicht selber erschaffen kann, in denen ich nicht einmal etwas erschaffen kann ... Die Träumerin, das Träumen, der Traum. Ich nenne diese Sprachen Sprachen des Körpers. Es gibt, so vermute ich, eine Vielzahl solcher Sprachen. Eine davon ist die Sprache, die sich durch mich oder in mir bewegt, ... denn ich kann Sprache, Körper und Identität nicht trennen..."
Kathy Acker.



Credits


Teil 1:
"Giszelle"

Teil 2:
Wiederverwertetes Material für ein als abendfüllend angekündigtes Programm
oder
Die B- Seite Giszelles
oder
Ausschnitte, die wir geplant hatten nicht zu zeigen
oder
Verworfenes aus Giszelle
oder
Die Aufführung, die sie vermeiden hätten können
oder
Beibehaltenes und Zur — Seite Gelegtes aus Giszelle


1. Teil:
Konzept und Choreographie:
Xavier Le Roy,
Choreographie und Tanz: Eszter Salamon.
Musik: Adolphe Adam

2. Teil:
Konzept und Choreographie:
Xavier Le Roy,
Choreographie und Tanz: Eszter Salamon.
Musik: Love Inc., George Delerue, Adolphe Adam, Tom Willems, Barry Adamson, Szászcsávás Band, J.S. Bach, The Beegees, J. Brahms, Etienne de Crecy, L.v. Beethoven, Wyclef, H. Purcel, Madonna, Alec Empire, The Sugar Babes, Chicks on Speed, Michael Jackson, David Bowie, Angelo Badalamenti.
Management und Organisation: Petra Roggel
Produktion: Le Kwatt und in situ productions
Koproduktion: SACD, und Festival d’Avignon 2001, mit "le vif du sujet".
Mit Unterstützung von: TanzWerkstatt-Berlin, Podewil-Berlin, Kaaitheater-Brüssel und der Senatverwaltung für Wissenschaft, Forschung und Kultur-Berlin.
Mit Dank an: Kunsten Festival des Arts 2001 und Pierre Le Roy.
Kreiert für das Festival d’Avignon 2001 im Rahmen von "Le vif du Sujet"/SACD



Presse


TAZ, 17.7.01
Doppeltes Spiel von Katrin Bettina Müller


"Giszelle" setzt fort, was in "Xavier Le Roy" begann. Wieder wird gefundenes Material gesampelt, biologische Bewegungsmuster, soziale Verhaltensformen, ästhetische Stile gestreift: romantisches Ballett und der Gang eines Affen; Jesus, der am Kreuz hängt und der Gangsta, der die Waffe zieht; der athletische Körper des Kampfsportes und der selbstvergessene des Träumers. Anfangs trennen Pausen die verschiedenen Körperbilder, dann aber beginnt Eszter Salamon durch sie zu gleiten, die Wechsel zu verschleifen und die verschiedenen Sprachen annagrammatisch zu verflechten. Der Wechsel selbst wird zum Thema, was in ihm geschieht und wo aus der Überlappung verschiedener Kontexte Neues entsteht, das noch durch kein Bild benannt werden kann. "Mit den Techniken des Kinos haben wir das Material bearbeitet, Schnitt, Einzelbild, schneller Vor- und Rücklauf. Ist das nicht voller Bewegung, mit so viel Tanz wie noch nie?", fragt Xavier Le Roy, selbst begeistert über diese Verflüssigung schon erstarrter Zeichen durch Eszter Salamon.



Konditionen/ Technik


Personal:

1 Tänzerin
1 Choreograph
1 Tourmangager

Bühne:

-12 m x 12 m
-schwarzer Tanzboden
-schwarze Vorhänge an den Seiten und Rückwand der Bühnenfläche (à l'allemande)
-Stützvorrichtung (1 m breit x 2 m hoch) hinter dem Vorhang der Rückwand, um das Gewicht einer gegen den Vorhang gelehnten Person, halten zu können (siehe Position P1 + P2)

Licht
:

-36 x 1kW PC oder Fresnel, in Reihen angebracht und direkt auf den Boden fokussiert. Die erste Reihe wird als Frontlicht genutzt.
-Je nach Theatersituation können mehr Scheinwerfer benötigt werden.
-alles mit FROST Filtern; die Scheinwerfer sollten direkt auf den Tanzboden fokussiert sein, um eine homogenes Generallicht zu haben. Stark und hell, gleichmäßig auf der gesamten Bühnenfläche.
-In keinem Fall dürfen Scheinwerfer auf dem Boden stehen.
-Profiles für die beiden Punkte P 1 + P 2 (ca. 1 m jeweils von der rechten und linken Bühnenseite)

Lichtplan als Pdf-Dokument: (download)

Ton:

-1 CD – Player
-6 Stereolautsprecher
-Musik sollte sowohl auf der hinteren und vorderen Bühne sowie hinter den Zuschauerreihen verstärkt werden.

Aufbau:

1 Tag

Proben:

4 Stunde am Tag vor der Vorstellung+ Generalprobe
4 Stunden am Tag der Vorstellung

Dauer des Stückes:

60 Minuten + kurzer Pause von 15 Minuten nach Teil IBitte beachten:
Das Stück "Giszelle" ist bei der SACD, Frankreich angemeldet.
Die Musik muss bei der GEMA angemeldet werden.

Bitte beachten:

Das Stück "Projekt" ist bei der SACD, Frankreich angemeldet.

Musik:

Komponist: Adolphe Adam, Titel "Giselle", Dauer: 3'36, disc SKK 42 450